Nous ne sommes pas tous et toutes égaux face à la volonté de réussir. Parfois nos auto-saboteurs sont très forts pour nous persuader qu’il vaut mieux échouer et rester dans le status quo plutôt que de réussir à changer, s’améliorer. Car oui changer est contre nature !

Voici quelques conseils pour éviter de rater son challenge. Ou en langage positif : comment etre sûr de réussir son challenge !

Ce challenge c’est pour toujours !

Si vous avez travaillé en entreprise on vous rabâche souvent, pendant ce “génial” entretien d’évaluation, que vos objectifs doivent être SMART.

SMART pour S : Spécifique votre challenge doit être bien défini / M : Mesurable / A : Atteignable / R : Réaliste / T : Temporel

L’avantage d’un challenge sans alcool c’est qu’il est tout ça mais à partir du moment où vous etes d’accord avec l’objectif prédéfini !

Si vous imaginez dès le départ que vous ne toucherez PLUS JAMAIS une goutte d’alcool DE VOTRE VIE, c’est perdu d’avance. Trop angoissant. Je discutais avec une addicte à l’héroïne il y à quelques mois, elle me disait “Si je me dis – plus jamais – je suis sûre de rechuter”.

J’ai tout de suite compris ce qu’elle voulait dire. Je me disais que l’alcool c’était fini pour la vie ! Moi le bourguignon, amoureux de la côte chalonnaise ? Mercurey 1er crû vous connaissez ? J’y ai fait les vendanges, j’ai des amis vignerons, plus jamais un verre ? Naaannnn… Impossible. Alors plutôt que jamais, j’ai commencé par 1 mois. Après un mois j’ai voulu aller voir un peu plus loin. Je ne trouvais pas encore vraiment d’effets très positifs. J’ai décidé de faire 3 mois. 2 de plus. La fierté l’estime de moi a monté d’un cran. A la fin des 3 mois, je commençais à y voir un peu plus clair, j’ai fait All In ! 1 an ! Et me voilà approchant les 2 ans. Mon objectif actuel est de 5 ans. Pour la suite, on verra hein !

La première année, le succès est fragile. Psychologiquement c’est chaud, on ne va pas se mentir. Se fixer un objectif qui n’est pas SMART va nous mettre en conflit intérieur. L’ange et le démon se battent toute la journée sur nos épaules… Qui dit conflit interne dit fatigue, qui dit fatigue dit relâchement et… Glouglou, la rechute.

Nous avons constaté que nos challengers ont généralement le déclic à environ 6 mois. C’est quoi ce déclic dont tout le monde parle ? Il arrive un moment où on se sent capable de tout, toutes nos peurs disparaissent et nous retrouvons confiance en nous. Le challenge est réussi, la santé va mieux, les angoisses et l’état dépressif ont disparu. C’est le Kif total. Le brouillard s’est levé, on a retrouvé une clarté dans nos pensées, mémoire retrouvée, pêche d’enfer, envie de vie.

ALORS Commencez petit ! Soyez SMART ! Essayez 7 jours ! Si les 7 jours ont fonctionné, passez à 30 jours, puis 4 mois et enfin tentez 1 an ! Qu’avez-vous à perdre ?

Bien rater mon challenge ? J’ajoute du stress !

Bon, ok, vous avez décidé de reprendre le contrôle sur l’alcool ? BRAVO ! Vous avez choisi votre challenge ! SUPER.

Nous avons tous envie de nous lancer à un moment. Quand ce moment se présente enfin, souvent, nous sommes dans un élan d’optimisme et de volonté tel que nous pourrions gravir des montages. Du coup, on s’engage dans un challenge et parfois dans une suite de défis tous plus mobilisant les uns que les autres… Et ça, c’est exactement ce qu’on vous déconseille 🙂

Rajoutez une petite couche de stress ! Un régime par exemple ! Ou encore mieux, arrêtez la cigarette ! Beaucoup de personnes pensent être capables de faire plusieurs challenges en même temps !

La volonté quotidienne est limitée ! Avez-vous remarqué que vous êtes souvent plein.e d’énergie le matin et au fur et à mesure de la journée, l’intensité baisse progressivement ? Et le soir arrive, journée stressante, fatigue et l’apéro… Un verre, des cacahouètes, une clope et les 3 challenges qu’on s’était fixé tombent à l’eau !

En échouant, non pas 1 mais 3 challenges, l’estime de soi en prend un coup, c’est reparti pour la complainte et tout est à refaire !

1 Challenge à la fois, un jour à la fois !

Je vais réussir mon challenge seul.e

Comme décrit plus haut, nous commençons notre challenge rempli à bloc de bonne volonté. Pas besoin d’aide, je vais y arriver seul.e !

Notre gentil petit égo nous amène très facilement à penser que demander de l’aide c’est pour les faibles. “Je vais y arriver, ça ne doit pas être bien compliqué !”

Pourquoi pensez-vous qu’il existe autant de groupes de parole, les réunions AA, les groupes Facebook, tous ces livres d’auteur.es qui racontent leur histoire ? Pour ne pas se sentir seul !

Décider de prendre le chemin de la sobriété, au début c’est comme être au chômage. (Ndlr : J’ai testé les deux). Je ne sais pas si vous avez déjà vécu une ou deux de ces situations mais voici ce qu’il vous arrive : Vous vous sentez inutile à la société. Rejeté des gens “normaux”.

Je ne travaille pas, j’entre en rébellion. Je ne participe pas à l’effort collectif du PIB

Je ne bois pas, j’entre en rébellion, Je me mets à l’écart de la société, je deviens marginal.

Lorsque j’ai compris que j’entrais en rébellion, j’ai vite compris que la pression sociale allait être très très forte. “Allez, prends un verre ! Ça va pas te faire de mal”. Pour échapper à cette pression et ce sentiment de marginalisation, j’ai décidé de m’entourer de personnes qui me ressemblent, des rebelles comme moi !

J’ai assez rapidement trouvé une multitude de livres à lire (que je n’ai pas tous lus). J’ai appris que le monde de la sobriété était drôle, fun, intéressant. J’y ai également appris tout ce que l’alcool fait dans mon corps et ma tête, l’estomac, le foie, le coeur, les chemins de récompenses, la dopamine, les GABA et autres neurotransmetteurs. J’ai enfin accepté que l’alcool n’était pas mon ami – mais alors pas du tout ! Et puis on se fait des amitiés aussi ! Clairement, les picolos, comme je les appelle, vont prendre leur distance. Notre bonheur fait peur !

Je vous conseille ces deux livres :

L’alcool Expliqué – William Porter

Le bonheur inattendu de la sobriété – Catherine Gray

Les réseaux sociaux sont également très fournis, Instagram, Facebook, des comptes et groupes privés dans lesquels on peut poser toutes sortes de questions à nos ami.es rebels.les.

Savoir demander de l’aide c’est faire preuve d’une grande maturité émotionnelle.

Pour être sur de rater mon challenge, je vais modérer !!!

Quel beau slogan imposé partout “Buvez avec modération”. Succès incroyable des lobbies alcool pour éviter de diaboliser l’alcool (C’est juste mon avis ;-))

Boire régulièrement mais pas aussi souvent qu’en ce moment est une tâche lourde pour le cerveau.

Que se passe-t-il lorsque nous avons bu un seul verre d’alcool ? Notre inconscient, notre cerveau limbique se réveille et produit une dose de dopamine et en redemande ! Le cortex cérébral, la partie consciente, peut penser rationnellement qu’il serait raisonnable de s’arrêter à un seul verre, mais voilà, l’inconscient est beaucoup plus rapide que le cortex cérébral ! Notre jugement est plein de bonnes volontés mais notre petit démon est beaucoup plus fort. Et lorsqu’une personne a de mauvaises habitudes en matière d’alcool, elle ne pourra généralement pas s’arrêter après un seul verre.

Avant de tenter de modérer, il est nécessaire de reprendre le contrôle sur l’équilibre dopamine / sérotonine. Le secret d’une personne qui maitrise bien sa consommation d’alcool est de ne pas boire un grand nombre de jours par semaine. Alors et uniquement alors, l’équilibre entre zéro consommation et consommation modérée pourra être expérimenté.

Comment arriver à la modération ?

Pour une personne qui a perdu le contrôle ou même qui réfléchit à sa consommation, c’est pratiquement impossible. Mais la docteur néerlandaise Sigrid Sitjhoff a conduit des expériences à l’hôpital Heilig Hart à Louvain sur ses patients en addictologie. Elle en conclut que “pour maitriser sa consommation d’alcool, il est recommandé une période d’au moins 66 jours sans boire.” C’est le temps nécessaire pour automatiser un nouveau comportement et en faire une nouvelle habitude.

https://www.knack.be/nieuws/gezondheid/verslavingsarts-regelmatig-iets-minder-alcohol-drinken-werkt-niet/article-longread-1797407.html

Objectif0Verre vous propose une série de challenges pour vous aider à vous reprogrammer et reprendre le contrôle sur votre consommation d’alcool. 7 jours, 30 jours, ou même 120 jours, testez votre volonté et retrouvez confiance en vous !