A chaque jour ses verres pleins

Chaque journée offre des occasions de boire un verre. Que ce soit au cours du déjeuner, avec vos collègues ou vos clients, à l’occasion d’un pot d’entreprise, après le travail avec vos amis, le soir en famille, ou encore juste par envie ou pour accompagner un plat.
Ce type de consommation peut vous paraître naturel car il est facile de boire un ou plusieurs verres tous les jours “sans y penser”. Pourtant, boire un verre d’alcool tous les jours augmente le risque de développer certaines maladies, dont la dépression, les crises d’angoisse et certains cancers.
Pour limiter ce risque et protéger votre santé, en France il est vivement recommandé :

  • De ne pas boire plus de 2 verres par jour
  • De ne pas boire tous les jours de la semaine
  • De ne pas dépasser 10 verres d’alcool par semaine

C’est déjà beaucoup. Dans d’autres pays, les limites varient… Pourquoi, on se demande toujours. Lobbys ? Poids de la production dans le PIB ? Manque de clairvoyance ? Les raisons sont nombreuses.

Dans tous les cas, L’OMS travaille sur le sujet. Elle prône même dans son plan d’action global sur l’alcool de “réduire l’usage nocif de l’alcool” en définissant des objectifs clairs de santé publique à l’échelle internationale. Il est de notre responsabilité de prendre notre consommation en main.

Savoir ce que l’on boit

Difficile de s’auto-évaluer ! Alors, si vous avez du mal à estimer les verres d’alcool consommés dans la semaine ? Il existe des techniques simples :

  • Notez en live, cela fonctionne bien sauf si vous perdez la notion de votre consommation au cours d’un moment arrosé. Là vous saurez de fait que le volume a dépassé le maximum toléré !
  • Conservez vos bouteilles / canettes vides
  • Conservez vos tickets de consommation au restaurant / bar
  • Certains sites proposent des simulateurs pour calculer a priori le volume de votre consommation, sans garantie de fiabilité bien sûr.

Et surtout : faites le point à la fin de la semaine. Comptez le volume et le coût, vous verrez c’est étonnant et aussi très motivant !

Comment réduire sa consommation d’alcool au quotidien ?

Quelques stratégies peuvent vous aider à limiter votre consommation quotidienne.

Au cours d’un repas, vous pouvez systématiquement mettre un verre d’eau à côté de votre verre d’alcool. En alternant vos boissons et en buvant à petites gorgées vous vous resservirez moins.
Le soir après votre journée, le sport, les sorties, les discussions sont de bons moyens de vous détendre sans consommer d’alcool. A la maison ou entre amis, prévoyez toujours une boisson non alcoolisée que vous aimez. Il y en a des plus en plus, partout et de très bonne qualité gustative. SI vous ne recherchez pas l’ivresse, vous verrez c’est très agréable !
Et, cela vous permet de “vraiment” partager des moments de convivialité tout en ne buvant pas ou très peu d’alcool.
Enfin, chaque semaine, prévoyez plusieurs jours sans boire d’alcool. C’est un bon réflexe à adopter pour votre santé.

Et pour vous limiter, vous devez trouver des règles et les respecter. Par exemple :

  • Ne jamais boire d’alcool seul
  • Ne pas sortir pour boire
  • Ne pas boire avant ou après une heure fixe
  • Ne pas boire plus de 1 bière / 1 verre après le travail

De notre point de vue, le mieux c’est d’arrêter de consommer totalement.

Gardez en mémoire quelques informations essentielles

Si l’alcool peut se consommer sans y réfléchir, les conséquences à court terme peuvent être compliquées de manière ponctuelle, vous savez à quoi nous pensons : cuites, problèmes de lendemains difficiles, absentéisme, troubles de l’attention, symptômes digestifs, prise de poids, carences alimentaires, arythmie cardiaque etc… Tous ces désagréments se soignent bien ou se maitrisent en arrêtant de boire, pour 1 semaine ou 1 mois.
Cela permet de “nettoyer” votre corps et surtout d’aider à se sentir mieux sans alcool. Car, c’est la consommation installée, qui menace votre santé.

  • L’alcool c’est (vraiment !) de l’éthanol, le truc qu’on met dans les voitures pour les décrasser. C’est un solvant, actuellement c’est mélangé aux carburants pour consommer moins…
  • L’alcool entraine une dépendance physique et psychique ;
  • Certaines maladies digestives graves sont causées quasi exclusivement par l’alcool ;
  • Il dérègle le corps : hypertension, hypercholestérolémie…
  • Et à terme… C’est une des causes les plus fréquentes des cancers. Alors bien sûr, il y en a plusieurs biens boostés par l’alcool : le cancer colorectal, du foie, du sein, de l’œsophage, mais aussi de la tête et du cou…11 différents exactement, tous biens stimulés par la consommation d’alcool régulière et installée dans le temps.

En prendre conscience et adopter quelques réflexes simples peuvent vous permettre de limiter ces risques. Prenez soin de vous, de votre santé, de votre corps… profitez de votre vie à fond en levant le pied sur l’alcool !

Vous verrez, on peut libérer de la dopamine et des endorphines qui procurent excitation et euphorie autrement qu’avec une boisson alcoolisée. 😊

Sources – Santé Publique France & Santé Magazine